Works  Bio   CV   Contact   Instagram


Née en 1996 en France Pauline d’Andigné vit et travaille à Paris. La pratique pluridisciplinaire de l’artiste interroge les notions de désir, d’une boulimie consommatrice et visuelle à travers la collision de différents éléments et de matériaux qui lui permet de déployer un corpus d’œuvres polymorphes, souvent ambiguës.                                                                                                                                                                                                             


À l’image d’un monde qui perd ses repères, il s’agit dans la plupart de mes pièces, de travailler à partir de formes familières et d’en proposer une nouvelle perception ; résolument ambiguë, parfois grotesque ; en jouant avec des motifs tels que la répétition, l’hybridité, la métamorphose.
La grande majorité de mes propositions appartiennent au registre des formes molles, de couleurs vives, ces dernières se déploient d’une pièce à l’autre sans être contenues dans les limites distinctes d’une forme particulière. La monumentalité de certaines pièces double quant à elle l’esthétique de ces productions d’une dimension monstrueuse. L’excès de matières, de couleurs et de formes participent à la construction de dispositifs visuels évocateurs d’une société de la démesure (hypermodernité) où la quête du plaisir devient hors limite. Il s’agit d’aller toujours plus loin dans cette quête, jusqu’à l’écœurement. Ainsi, situées à la frontière entre l’attirant et le repoussant, l’identifiable et l’inconnu, l’érotique et le beau, ces productions deviennent des propositions visuelles d’une ambiguïté latente, d’un trouble, caractéristique de notre sentiment du désir pour attiser celui-ci.








Born in 1996 in France, Pauline d'Andigné lives and works in Paris. The artist's multidisciplinary practice explores the notions of desire, consumerism and visual bulimia through the collusion of different elements and materials that allows her to develop a body of polymorphous, and often ambiguous, work.                                                                                                                                                                                                                                              


As a world that loses its boundaries, most of my pieces are based on familiar forms and suggest a new perception of it; resolutely ambiguous, sometimes grotesque; playing with motifs such as repetition, hybridity, metamorphosis.
The great majority of my pieces belong to the soft forms register, of bright colors, these last ones are deployed from a piece to the other without being contained in the distinct limits of a particular form. The monumentality of certain pieces adds a monstrous dimension to the aesthetics of these productions. The excess of materials, colors and forms take part in the construction of visual devices evocative of a society of the excess (hypermodernity) where the search for pleasure becomes beyond limits. It is a question of going always further in this search, until the disgust. Thus, located at the border between the attractive and the repelling, the recognisable and the unknown, the erotic and the beautiful, these productions become visual proposals of a tacit ambiguity, of a disorder, characteristic of our feeling of the desire to stir this one up.